les principes de la méthode montessori

Quels sont les grands principes de la méthode Montessori ?

Il y a de plus en plus d’adeptes de la méthode Montessori dans le monde entier. Cette méthode d’éducation s’appuie sur la conviction que l’éducation d’un enfant doit être construite pour développer à la fois les aspects sociaux, émotionnels, physiques et scolaires de sa personne. Elle met donc en relief l’apprentissage et la découverte par les enfants. C’est Maria Montessori, médecin et pédagogue d’origine italienne, qui a élaboré cette pédagogie par le fruit de ses observations et de ses découvertes. Pour mettre en application cette pédagogie, il est important de connaître les notions clés qui la régissent.

Les principes de la méthode Montessori prennent en compte l’environnement de l'enfant

Selon la méthode de Montessori, il faut un environnement adapté qui pousse l’enfant à accroître sa curiosité et qu’il ait envie de l’explorer. Les enseignants doivent donc préparer l’environnement d’apprentissage en mettant à portée des petits les matériels et les expériences et cela de manière ordonnée et indépendante.

L’éducation Montessori est également applicable à la maison. Il faut, par exemple, mettre les livres et les jeux à la disposition des enfants, installer un petit bureau rien qu’à eux pour qu’ils puissent faire travailler leur imagination en faisant une activité. Par ailleurs, il faut aussi ne pas les mettre en contact avec des objets jugés dangereux.

L’auto-éducation : un des principes clés de la méthode Montessori

L’une des croyances les plus importantes de la méthode Montessori est que les enfants possèdent la pleine capacité de s’éduquer eux-mêmes. Les éducateurs leur donnent le choix des activités qu’ils souhaitent pratiquer. Quand ils ont fait leur choix, il faut leur permettre de passer autant de temps qu’ils souhaitent sur ladite activité. Il faut laisser l’enfant faire les répétitions qu’il veut, lui permettre de faire des erreurs et de les corriger lui-même. Ainsi, il enregistrera chaque notion avant de continuer à avancer.

Il est facile pour un enfant d’apprendre jusqu’à ses six ans, Maria Montessori appelait cela « l’esprit absorbant ». Toujours selon cette pédagogue italienne, il traverse également des « périodes sensibles ».  En fait, ce sont des moments où il sera très intéressé par un sujet en particulier. Dans ces moments, il peut acquérir sans trop de difficultés de nouvelles compétences dans ce domaine.

une salle de classe avec des enfants

Il est dit qu’un enfant en bas âge traverse des périodes sensibles concernant tout d’abord l’ordre. En effet, la constance lui donne des repères et d’une certaine manière le rassure. La seconde période sensible concerne le mouvement. Votre enfant ou élève bougera de partout et va tout le temps essayer de coordonner ses gestes jusqu’à l’âge de 5 ans. Cela apportera une contribution à son développement moteur et va forger sa volonté. Ensuite viendra le langage, un enfant essayera de s’exprimer très tôt. Son intérêt pour le langage ne cesse de croître et est permanent. Ce qu’il est conseillé de faire est de l’encourager en se servant d’un vocabulaire riche. Les autres périodes sensibles font allusion à un raffinement sensoriel, aux petits objets, aux chiffres, à l’écriture et à la lecture.

Les principes de la méthode Montessori passent aussi par le respect de l’enfant

Les observations et les recherches de Montessori lui ont permis d’affirmer que les enfants méritaient aussi d’être respectés. Au XXème siècle, le respect des enfants n’était pas évident et encore moins une pratique courante. Mais comment respecter l’enfant ? Eh bien, une telle chose doit être montré en n’interrompant aucunement leur concentration.

Mais ce n’est pas que cela, le respect peut également se manifester en donnant aux petits la liberté. C’est-à-dire, la liberté de faire des choix et la liberté d’apprendre par eux-mêmes. Ainsi, les enseignants, mais aussi les parents, ont pour mission de créer le même modèle de respect pour tous les élèves et de résoudre les conflits de manière pacifique. Qu’il s’agisse d’un parent ou bien d’un enseignant, ils doivent apprendre à observer sans porter de jugement.

Une éducation guidée

Une des critiques des détracteurs de la pédagogie Montessori est le fait que c’est trop laxiste. C’est peut-être parce que la méthode prône la liberté. Pourtant, cette éducation est bel et bien une éducation guidée. Le rôle de l’adulte, enseignant ou parent, y est essentiel. Il joue un rôle de guide et non de professeur avant toute chose.

L’adulte en question crée pour l’enfant un environnement sûr et adapté. Il va par la suite l’observer pour pouvoir lui proposer des activités qui vont le stimuler au maximum. Il le laisse effectuer une activité seule, et ainsi évoluer et acquérir des connaissances. Avec cette méthode, l’enfant est l’acteur principal de son éducation. Néanmoins, pour réussir cette pédagogie, il doit avoir à sa disposition le bon environnement ainsi qu’un éducateur prêt à faire le nécessaire pour le stimuler en fonction de ses envies et de ses capacités. Ainsi, un enfant même très jeune est capable de se consacrer à un apprentissage de manière assidue.

Voir plus d'articles dans Famille

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut